Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 mars 2010 5 26 /03 /mars /2010 15:50

   Le développement chez Camponotus ligniperdus comme toutes les fourmis passe obligatoirement par le stade nymphal,  appelé aussi nymphose ou nymphe, cette étape particulière aux insectes dit à  « métamorphose complète »  ou   « holométabole »  précède le stade adulte. 

Après avoir tissé sa protection de soie la larve, qui a cessé de s’alimenter vivant sur ses réserves, subit de nombreuses et importantes transformations aussi bien internes qu’externes.  

La larve (pré-nymphe) n’est pas totalement immobile mais bouge quelque peu.

 

   La série de photos ci-dessous montre « rapidement » l’évolution qui s’opère normalement dans le cocon de soie. Cette étape de la vie de l'insecte se passe bien entendu sur plusieurs jours, chez Camponotus ligniperdus il faut vingt à trente jours (voir plus) suivant la température dans laquelle la nymphe sera placée / exposée durant cette étape !


C. ligniperdus pre-nymphe

 

La descente du contenu intestinal de la larve se voit clairement entre les deux photos.


C. ligniperdus pre-nymphe

 

 

Expulsion du contenu intestinal, la larve devient blanche….

C. ligniperdus expulsion du contenu intestinal

 

 

….  sa peau se « frippe »

Camponotus ligniperdus

 

 

Camponotus ligniperdus 5

 

 

L’apparition des différents appendices visibles et autres opérés durant la nymphose  (pattes, yeux, antennes, etc…)  s’effectue en quelques heures seulement  (très rapide).

Dorénavant  la fourmi  est aisément reconnaissable et va se colorer au fil des jours.

Camponotus ligniperdus nymphose

 

 

Les yeux étant les premiers  à subir cette coloration !! 

Camponotus ligniperdus nymphose

 

 

Camponotus ligniperdus nymphose

 

 

Camponotus ligniperdus nymphose

 

 

La durée du développement dépend de la température et de la saison.

Camponotus ligniperdus nymphe colorée

 

 

La jeune fourmi liberée est encore peu colorée, la cuticule, membrane externe composée de chitine (polysaccharide), va se durcir au contact de l'air et se colorer au fil des jours. Ci dessous nous observons nettement cette différence entre ces deux individus. La fourmi de droite fraichement née et plus "claire" que sa soeur de gauche qui elle est un peu plus "agée".

 

Camponotus ligniperdus jeune imago


Repost 0
Published by C. Dégache - dans Comportement
commenter cet article
5 décembre 2009 6 05 /12 /décembre /2009 18:28

Voici exposées ci-dessous les 3 formes composant le couvain chez Camponotus ligniperdus.


L’œuf :


 

Oeufs Camponotus ligniperdus


L’œuf fraîchement pondu peut-être totalement blanc, ou jaune orangé suivant l'alimentation reçue par la reine - légèrement orangé généralement chez les reines en fondation - et de forme allongé, après plusieurs jours il est possible de remarquer une différence sur son apparence ! Après quelques jours d’incubation une partie translucide apparaît à ses extrémités (3). Il est assez aisé de le voir à l’œil nu chez cette espèce.

Un œuf totalement blanc (1) sera donc plus jeune qu’un œuf blanc aux extrémités plus claires (2).


 

 


La larve :



Le stade larvaire est composé de 5 ou 6 stades difficiles à déterminer, les mues successives passant inaperçues, la taille de celles-ci n’étant pas un critère puisque les larves d’un même stade peuvent varier suite à leur état d’affamement ou le devenir qui résultera de ces larves selon quelles donneront naissance à une ouvrière « minor », « média » « major» ou voir sexuée ; cette détermination reposera donc notamment sur des méthodes biométriques.

 

Les flèches en rouges sur la photo ci-dessous montrent la peau (mues) que laissent les larves en grandissant, marquant ainsi le début du stade suivant.

 

Mues Camponotus ligniperdus


Le couvain hivernant chez Camponotus ligniperdus serait formé de larves de stades II (le plus grand nombre) et III.


                          - Ouvrières  « nourrices » s’occupant des larves :


 

La nymphe :

                     

                        
                          - Nymphes à différents stades de maturité :


Les fourmis sont à développement holométabole (endoptérygote), c'est à dire que la larve passe par une nymphose pour atteindre l’état adulte notre Camponotus ligniperdus n’y échappe pas. La fourmi une fois née ne grandit plus.
  Cette nymphose chez Camponotus ligniperdus se passe toujours dans un cocon de soie d’après ce que j’ai pu observer à la différence de certaines espèces du genre Formica par exemple ou il n'est pas rare de voir certaines nymphes se passer de ce cocon protecteur selon l'hygrométrie ambiante ….

Le cocon d’un blanc parfait prend une teinte jaunâtre en « vieillissant ». A terme les ouvrières vont déchirer, découper le cocon le plus souvent de manière transversalle pour libérer la toute jeune imago.



Sur les photos suivantes j’ai retiré l’enveloppe pour laisser apparaître dans un premier temps la nymphe totalement blanche…

 

 

 



… puis la nymphe colorée signe de l’émergence prochaine ici au vue de la couleur quelques heures tout au plus.

 Nous voyons aussi sur cette photo la cuticule nymphale, visible surtout au niveau de l'abdomen, qui l'entoure et qui empêche la jeune imago de se libérer sans l'aide des ouvrières de la colonie. La ou les ouvrières qui vont s'occuper de cette "naissance" vont lécher avec empressement la jeune ouvrière pour la débarasser de cette excuvie et la libérer totalement.


 

Repost 0
Published by Chris. - dans Comportement
commenter cet article
1 décembre 2009 2 01 /12 /décembre /2009 17:36

Les échanges trophallactiques sont un caractère propre aux insectes sociaux et ne se retrouvent qu’exceptionnellement chez les autres animaux ; chez Camponotus ligniperdus il en est de même.

Le système digestif des fourmis comprend trois parties, après le pharynx, le stomodeum forme un œsophage, puis un jabot suivi d’un gésier ou proventricule. Le mésentéron forme un estomac. Le proctodeum se termine naturellement par un rectum, qui s’ouvre dans un cloaque.

Les ouvrières récolteuses stockent des liquides lors de leur fourragement extérieur dans leur jabot appelé jabot social destiné à l’alimentation collective.

Le transport liquide est rendu possible par la présence au niveau du gésier de lamelles cuticulaires qui ferment le passage entre intestin antérieur et intestin moyen, à la manière d’une valve. Cette fermeture et passive et ne demande aucun effort musculaire. Les ouvrières ont bien entendu la possibilité d’utiliser une partie du contenu du jabot social à leur profit.

Ces échanges de nourritures se font à plusieurs niveaux dans la colonie :


Entre ouvrière et larve

 


Entre ouvrières

 

  - A deux

 

                         -  Donneuse : mandibules largement ouvertes

                   -  Receveuse : mandibules fermées

      Entre ouvrières dites "Major" et "Minor".

Camponotus ligniperdus

 

Trophallaxie Camponotus ligniperdus 

 

 

 

 - A trois

 


Entre ouvrière et reine

 


Ces échanges s’accompagnent entre adultes d’échanges antennaires entre donneuses et receveuse sauxquels s’ajoutent souvent des mouvements effectués par les pattes antérieurs.

Les myrmécophiles, insectes vivants au sein de la colonie en symbiose, éventuellement présents peuvent aussi bénéficier de ces échanges.

Référence : les fourmis comportement, organisation sociale et évolution Luc Passera et Serge Aron.

Repost 0
Published by Chris. - dans Comportement
commenter cet article

Présentation

  • : Camponotus ligniperdus (Latreille, 1802) - Fourmi Camponotus ligniperda
  • : Décrit l’espèce de fourmi Camponotus ligniperdus dans son environnement naturel ainsi que des données issues du suivi d’une colonie en captivité avec photos pour imager.
  • Contact

Recherche